Home Analyse technique Définition de la crise de change

Définition de la crise de change

Dans l’univers de trading des paires de devises, il est possible d’échanger des monnaies contre des autres et profiter de la dévalorisation d’une monnaie pour la revendre quand sa valeur augmente. Les traders sont constamment à la recherche des monnaies qui présentent le plus de volatilité.

Avis des lecteurs: 34 votes
60% de comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent

Dans l’univers de trading des paires de devises, il est possible d’échanger des monnaies contre des autres et profiter de la dévalorisation d’une monnaie pour la revendre quand sa valeur augmente. Les traders sont constamment à la recherche des monnaies qui présentent le plus de volatilité. Il existe une multitude de devises que les traders peuvent échanger. On pense notamment à la paire de l’Euro et l’USD qui est particulièrement populaire. Un fait intéressant à savoir ici, c’est que les traders peuvent être aussi bien des particuliers que des professionnels (qui travaillent pour le solde des entreprises et des banques). Il faut donc garder un œil sur les différentes évolutions probables des cours pour en profiter au mieux.

 

Les conséquences de la dévaluation critique d’une devise

Lorsque la dépréciation atteint les 30%, il est certain qu’on fait face à une crise.

Il arrive souvent qu’une monnaie soit dévaluée à un certain degré. Mais il arrive aussi parfois que la dépréciation excède la moyenne de manière considérable. Dans certains cas, elle dépasse les 25 % en comparaison avec l’USD. C’est ce qu’on appelle la « crise de change » et ça se produit en général lorsque l’économie du pays concerné est en mauvaise passe. Il est possible de les prévoir quand il y a une forte inflation ou lorsque le pays est fortement endetté. Ces symptômes ne motivent pas les investisseurs et les encourage même à prendre leur distance. On comprend alors que si on arrive à prévoir ce genre de situations, il est possible de vendre à temps et d’éviter de se retrouver avec une part d’investissements placée sur une devise dévalorisée. C’est ce qui cause la crise qu’on nomme « auto réalisatrice » et qui se traduit par la diminution de l’offre et la croissance de l’offre.

 

Quel est l’effet de la crise de change ?

Même s’il est évident que la crise de change a un effet négatif sur l’économie du pays, ses conséquences peuvent devenir catastrophiques. Le scénario n’est pas si improbable, puisque la dévalorisation de la monnaie d’un pays endetté ne peut qu’agrandir sa dette. Cela s’explique par le fait que la somme à régler se fera avec la devise du pays qui a prêté l’argent et pas celui qui en a emprunté. Donc, le pays se retrouve en face de deux problèmes principaux : une dette plus importante, et une distanciation des investisseurs qui est due à la dévalorisation mais qui la cause en même temps.

Le pays se doit donc de trouver le moyen de remettre les investisseurs en confiance s’il ne veut pas rester coincé dans ce cercle vicieux.

 

Quelle est la solution à la crise de change ?

Avec une bonne stratégie, les banques peuvent aider dans la gestion de la crise.

Heureusement, il existe plusieurs solutions qui permettent aux différents pays qui se retrouvent en période de crise d’y faire face. Premièrement, on pense à la banque centrale qui a la possibilité accroître le taux directeur dans le but de pouvoir acquérir de la devise en poussant les banques rivales à faire croître leurs taux d’intérêts. En plus, elle dispose normalement d’une épargne en devises qui lui permettra de sortir de certaines mauvaises passes. En injectant cette réserve, il lui sera possible de stabiliser les rapports de l’offre et de la demande. Toutefois cette méthode n’est pas sans risques, puisqu’elle peut engendrer la faillite de quelques banques car son utilisation causera automatiquement l’arrêt des investissements. On comprend mieux pourquoi certains pays, même ultra puissants économiquement, comme la Chine, décident eux-mêmes de la valeur de leurs monnaies.

 

(61)

Close