Home Stratégies Ralph Nelson Elliott et La théorie des Vagues
Ralph Nelson Elliott et La théorie des Vagues
Ashly Delagorse (Équipe OptionMag) 0

Ralph Nelson Elliott et La théorie des Vagues

57
0

Né en Juin 1871 au Kansas aux USA, Ralph Nelson Elliott était déjà un comptable talentueux. Après une longue carrière et plusieurs recherches approfondies sur les cours de la bourse, il fait une découverte qui révolutionnera le monde. Il écrit alors un livre qui recueille ses théories et le nomme « Le principe des vagues ». Dans cet ouvrage, il explique que le cours du marché des actions qu’on pensait totalement aléatoire, avait une sorte de paterne répétitive qu’il considérait se reposer sur ce qu’il considérait être, à juste titre, les émotions des investisseurs. Ces dernières étant influencées par des facteurs tierces telles que Bloomberg, BFM, ou encore CNBC. Il note aussi que la psychologie du marché dominant a une grande influence à certains moments aussi. Pour atteindre de telles conclusions, Elliott a dû scruter plus de 70 ans de données boursières. Il donna le nom de « vagues d’Elliott » à ces paternes. En d’autres mots, il était désormais possible de prévoir le cours boursier si on arrivait à identifier ces indicateurs de changement. L’idée en elle-même était révolutionnaire. C’est pour cette raison, d’ailleurs, que ces vagues sont toujours utilisées par les traders. Seulement, il est impossible d’en tirer avantage si on ne sait pas ce que sont les fractales.

Que sont les fractales ?

Les fractales possèdent une propriété unique qu’on connait sous le nom de l’auto-similitude. Il s’agit d’un principe mathématique qui peut avoir un reflet sur le marché économique de la bourse. Pour faire simple, on peut dire que les fractales peuvent être subdivisées sur plusieurs parties totalement identiques, un peu comme les flocons de neige. Mais en quoi les fractales seraient-elles si utiles dites-vous ? La réponse est simple, les vagues d’Elliott se subdivisent exactement de la même façon.

Une fois le concept des vagues assimilé, il faut maintenant apprendre à gérer les risques.

57
0

(57)

Laissez votre commentaire